webleads-tracker

ces femmes qui aiment trop

Se libérer de la dépendance affective

Amour 20purJuste une illusion !

Nous tombons amoureux de quelqu’un. C’est une sorte de magie qui s’installe dans notre vie car nous trouvons la complicité, le plaisir, la découverte ou l’échange avec une personne... qui a les mêmes goûts, les mêmes envies ou les mêmes problèmes, voire les mêmes angoisses que nous.

Nous avons alors le sentiment de ne plus être seul et c’est la fusion. Nous pensons vivre l’amour vrai car cette relation nous apporte sécurité intérieure, affection, satisfaction, plaisir, euphorie comme si nous étions sur un petit nuage.

Or, il suffit que l’autre, ne réponde plus à notre désir, à nos envies ou que nous perdions l’objet de cet amour parce qu’il ou elle ne s’intéresse plus à nous, pour que notre monde intérieur s’écroule. Lorsque l’autre n’est plus là, qu’il ne répond plus à nos attentes, c’est alors la frustration, le manque, le vide, l’absence qui s’installent.

Pour certains, c’est une véritable souffrance, une peur de la solitude au point d’en perdre le goût de vivre ou de vouloir mourir lorsque l’être aimé n’est plus là ! Sans l’autre, la vie n’a alors plus de sens et la personne se sent inexistante, abandonnée, délaissée, vide au point de ne plus prendre plaisir à vivre le moment présent. Le chagrin d’amour surpassé, l’être en mal d’amour se tourne alors vers une conquête à la recherche d’un amour qui le fera se perdre en l’autre au point d’en oublier sa véritable nature, sa personnalité, ses douleurs…

Ce désir de fusion, cet attachement à l’autre répond au besoin d’être aimé. Cette quête narcissique se fait à travers le regard de l’autre, dans l’illusion d’être aimé pour ce que l’on représente sans savoir qui l’on est vraiment.

La dépendance affective se symbolise par:   "l'attente" 

...de l'autre, d'un coup de fil, 20 coups de fils et plus encore, par l'envoi de sms, par le besoin de se "plier" au désir de l'autre, de tout faire pour le ou la garder.
Attendre le retour, attendre le geste rassurant, attendre le mot apaisant.

Attendre car :chaque séparation pour un(e) dépendant(e) pathologique se vit comme une mort de l'espoir..

Il suspend son souffle, souffre, rien ne le (la) rassure, alors il harcèle au téléphone, mail lorsqu'il le peut, sinon il subit ce manque en se torturant.
usant et destructeur pour les 2 partenaires.

"l'incapacité à faire par soi-même"
Le manque d'estime de soi induit le manque de confiance en l'autre.
C'est aussi "étouffer" l'autre de demandes incessantes de preuves d'amour.
Le chemin d'un dépendant affectif ne se démarque pas de celui de la personne aimée.
C'est l'incapacité à faire quelque chose d'agréable pour soi.

Comment sortir de ce labyrinthe?

D'abord il est nécessaire d'en prendre réellement conscience, ai-je souvent besoin de son aprobation, de son avis, de ses conseils?

Et quand, il/elle ne répond pas à mes besoins, à mes attentes, je me sens frustré(e), déçu(e), coupable, anxieus(e), dénué(e) d'intérêt...

Toutes ces situations sont réellement vécues de façon douleureuse, la personne qui les endure, pense bien souvent que c'est l'autre le fautif, il ou elle, est trop égoïste pour s'en rendre compte, a souvent l'impression de passer après, après le travail, après les enfants, après les amis, après, après...

Plus la demande de la présence de l'autre se fera pressante, plus le fossé s'agrandira jusqu'à devenir un puits sans fond. L'autre ne peut pas combler ces besoins, ces lacunes, il ne le pourra jamais, et ce qui avait commencé par une belle aventure pleine de promesses se termine dans un profond désespoir, une insatisfaction de part et d'autre, avec une incapacité à communiquer. Et puis, malheureusement, sans en comprendre le sens, sans aller à la découverte de ce qui manque vraiment en soi, des besoins et des blessures d'autrefois (certainement plus profondes qu'on ne croit), l'attrait d'une nouvelle rencontre, d'une nouvelle promesse fait son entrée dans la vie, avec le même scénario même si un des deux principaux protagonistes a changé.

Pour se libérer et accepter pleinement de jouer un nouveau scénario, il sera indispensable d'une part, de le comprendre, et d'autre part, au mieux, d'être accompagné par un(e) professionnel(le). 

Voici ce qui passe, dès que la personne décide de changer:

  • Elle s'accepte totalement, même pendant le changement. Elle a un amour et un respect d'elle-même qu'elle cultive soigneusement.
  • Elle accepte les autres tels qu'ils sont et n'essaie pas de les changer afin qu'ils répondent à ses besoins.
  • Elle est consciente de ses émotions et de ses attitudes correspondant à chaque aspect de sa vie, y compris sa sexualité.
  • Elle aime tout en elle: sa personnalité, son apparence, ses convictions et ses valeurs, son corps, les choses qui l'intéressent et ses réalisations.
  • Elle se valorise elle-même plutôt que de dépendre d'une relation qui la valorise.
  • Elle a suffisamment d'estime d'elle-même pour jouir de la compagnie des autres.
  • Elle n'a pas besoin de se croire indispensable pour se sentir quelqu'un.
  • Elle se permet d'être ouverte et confiante en présence de gens "convenables" et ne craint pas de montrer des aspects très personnels d'elle-même, mais ne se laisse pas exploiter par ceux qui se désintéressent de son bien-être.
  • Elle réfléchit et se demande si telle relation est "bonne" pour elle, si elle est susceptible de contribuer à l'épanouissement de toutes ses potentialités.
  • L'orsqu'une relation est destructive, elle est capable d'y renoncer, sans tomber dans une dépression incapacitante.
  • Elle tient avant tout à sa sérénité. Les combats, les drames et le chaos sont désormais dénués de tout intérêt. Elle protège sa personne, sa santé et son bien-être.
  • Elle sait qu'une relation n'est viable que si les deux partenaires partagent des valeurs, des intérêts et des objectifs semblables; encore faut-il qu'ils soient tous les deux capables d'intimité. 
  • Elle sait également qu'elle mérite tout ce que la vie a de mieux à offrir.

 

Extraits tirés de  Laurence Gassin, psychanalyste Clotilde MOREAU, Psychologue - Robin Norwood livre Ces femmes qui aiment trop et de moi-même Marisa Ruiz